Épisode 4



Par goût pour «l’aventura»,  notre troisième contact ne se fait pas prier pour accepter de poser face à l’objectif. De nos jours, si la pauvreté touche aussi les gens qui travaillent, Laurie SARDA en est une illustration. L’activité de restauration à la maison, à domicile ou ambulante pourrait lui permettre de mettre un peu de beurre dans les épinards. Son projet de «véhicule cuisine» pour une restauration à la fois de proximité et de qualité pourrait être initié par le biais du « calendrier des fauchées ». Nous découvrirons donc son corps pictural tant il est  « une œuvre à lui seul » : support où l’épiderme a joué la toile sur laquelle quelques grapheurs ont déposé leurs pigments.   

Les épisodes précédents ont vu évoluer le projet et préciser les conditions de réalisation. La mixité des sujets étant acquise, reste donc à proposer aux hommes pressentis de devenir des modèles pour « le calendrier des fauchées ». 
José PALAZON.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire